Menacé par un vent d’idéologies impures

Après l’emprisonnement de Kim Guk Ki et
Choi Chun Gil, espions sud coréens, les investigations et les contrôles aux
frontières ont été renforcés par les autorités nord coréennes non seulement à
la frontière mais aussi à l’intérieur du pays.

Une source de Daily NK a informé que les
autorités nord coréennes augmentent les contrôles dans les régions frontalières
avec la réorganisation des troupes aux frontières.

Dans une conversation avec Daily NK le 13
avril, la source située dans la province de Yanggang a dit : « Suite
aux affaires des espions et des deux soldats de Sinuiju, le contrôle aux
frontières a sévèrement augmenté. La situation est telle que ceux qui vivent du
commerce avec la Chine bouillonnent de rage. Ceux qui font de la vente en gros
ne cachent pas non plus leur impatience car on ne trouve plus de produits chinois
au marché ».

La source a ajouté : « Après les festivités
du 16 février dernier (anniversaire de Kim Jeong Il), les investigations avaient
commencé dans les régions frontalières et en peu de temps, la KNCA a diffusé
l’affaire des espions sud coréens. Cette fois, même ceux qui ont le courage de
vivre du petit commerce avec la Chine en traversant la frontière doivent
suspendre complètement leur activité par peur d’être accusé d’espionnage ».

Elle a ajouté : « Il y a toujours
eu des contrôles. La plupart étaient assurés par l’agence de sécurité nationale
(SSD) ou le ministère de sécurité du peuple (MPS). Cette fois, c’est un
contrôle ordonné par le Parti central ».

Elle a aussi mentionné que les familles qui
font des allers-retours discrets en Chine pour rendre visite à leurs proches reçoivent
des investigations. L’Agence de sécurité nationale mobilise les chefs
d’association populaire et les masses pour mieux surveiller les habitants qui
ont de la famille en Chine ou dont l’un des proches a fuit.

Elle a conclu en
disant : « Les gens disent que les investigations du mois
dernier, développées dans d’autres régions frontalières, ont pour but d’attraper
les « éléments nuisibles cachés dans la société ». Ces investigations
qui ont commencé mi-février cherchent à débusquer des renseignements concernant
les affaires de drogue, les trafics d’humains, les coups de téléphone illégaux,
les défections, etc. Elles sont terminées à Hyesan et ont été poursuivies du
côté des régions frontalières du Pyongan du Nord et du Jagang ».

Il a aussi été transmis que la quantité de
biens transportés jusqu’en Corée du Nord par la frontière chinoise a diminué d’un
tiers. Kim Jeong Eun semble inquiet des menaces de la « mode indigne des
voyous capitalistes » et des « idéologies impures » qui arrivent par le
commerce frontalier avec la Chine.

SHARE
Kang Mi Jin
Kang Mi Jin is a North Korean defector turned journalist who fled North Korea in 2009. She has a degree in economics and writes largely on marketization and economy-related issues for Daily NK. Questions about her articles can be directed to dailynkenglish@uni-media.net.