Kim Jeong Eun, dictateur monstrueux, pose les armes!

Les services secrets sud-coréens ont alerté
de l’exécution en Corée du Nord de Hyeon Yeong Cheol, le Ministre de l’Armée du
Peuple. Le pouvoir de Kim Jeong Eun a fait exécuter le général Hyeon Yeong
Cheol (66 ans) à Pyeongyang, le 30 avril 2015, devant des centaines d’officiers
assistant au spectacle.

Au début, la NIS (service secrets sud
coréens) avait rapporté ne pas savoir s’il avait été victime d’une purge, ni comment. La NIS explique :
« Bien que Hyeon Yeong Cheol soit un cadre haut placé de l’armée nucléaire, il
n’y a pas eu d’annonce officielle en Corée du Nord concernant son exécution. Après
celle-ci, la télévision nord-coréenne a même passé une vidéo de Kim Jeong Eun
ayant Hyeon Yeong Cheol à ses côtés ».

De plus, elle avait analysé : « Hyeon
Yeong Cheol a été exécuté avec des canons anti-aériens, dans le champ
d’exercice de tirs de l’école générale des officiers, dans le quartier de Sunan
à Pyongyang ».

Son « manque de loyauté envers Kim
Jeong Eun » est la raison de son exécution.  Il n’aurait pas exécuté les ordres de Kim
Jeong Eun à plusieurs reprises, aurait exprimé son désaccord et pour couronner
le tout, il a été surpris somnolant à un entraînement de soldats présidé par
Kim Jeong Eun.

En l’espace de six mois, plusieurs cadres haut
placés du Parti ont également disparu : Ma Won Chun, à la tête du Comité
de la défense nationale, Byeon In Seon, directeur des opérations du département
général militaire, Ha Gwang Sang, le directeur de la finance et de la
comptabilité du Parti, etc.

Depuis la prise du pouvoir de Kim Jeong
Eun, des cadres importants du Parti sont exécutés continuellement. En 2012, 3
personnes, en 2013, plus de 30 personnes, en 2014, plus de 30 personnes et
depuis début 2015, plus de 8 personnes ont été exécutés.

Selon nos sources en Corée du Nord et selon la
NIS, les autorités ordonnent aux familles des condamnés d’assister aux exécutions.
Au lieu d’un fusil, les condamnés sont exécutés par quatre canons anti-aériens
Type 14,5 mm. Après leur exécution, ils sont brûlés au lance-flamme car « Il
n’y a pas de place sur notre terre pour enterrer des traitres ». Avant l’exécution,
on ordonne aux spectateurs de ne pas détourner le regard, de ne pas
pleurer, de critiquer le condamné et de réciter un texte jurant leur fidélité
au leader.

Un pouvoir normal a pour but de nourrir et
sauver son peuple. Le pouvoir de Kim Jeong Eun, qui n’a aucunement le soucis de nourrir
et sauver son peuple, a opté pour le massacre de son peuple et ses cadres par
la terreur. Les méthodes radicales de purges et d’exécutions publiques de ces
trois dernières années montrent en vérité la faiblesse de Kim Jeong Eun à
gouverner. C’est la raison pour laquelle nous devons préparer plus subtilement
un changement prochain en Corée du Nord et le futur de la
péninsule coréenne.

Est-ce que l’attitude de Kim Jeong Eun, qui
tue son peuple pour rester au pouvoir, est pardonnable ? Pour protéger une
succession de dictateurs sur 3 générations, Kim Jeong Eun massacre le peuple et
les cadres de façon cruelle et inhumaine. La communauté internationale ne doit
pas se contenter de regarder la souffrance du peuple nord coréen gardé en otage
par une dictature qui le prive de tout. Au nom du peuple, au nom de
l’humanité, nous devons ordonner au pouvoir de Kim Jeong Eun de poser les armes
de sa dictature militaire.

SHARE