Le passé comme prélude : Kim Il Sung va réapparaître

Les antennes régionales de la Banque centrale
de Corée du Nord ont commencé à changer tous les billets de 5,000 wons le 1er
août 2014. Les autorités doivent encore communiquer sur l’objet de ce
changement, mais comme Daily NK l’a déjà rapporté, le portrait de Kim Il Sung
ne figure plus sur le nouveau billet. Sur le recto du nouveau billet de 5,000
wons, l’ancien dirigeant n’apparaît plus. À la place figure une image de la
maison de Mangyongdae, à Pyongyang, présentée par la Corée du Nord comme étant
celle dans laquelle est né le fondateur. Le verso du nouveau billet présente
l’image de l’International Friendship Exhibition, au mont Myohang.

 

Nombre de théories tentent d’expliquer les
raisons de ce changement. Les deux ou trois plus courantes prétendent que 1-
l’élimination de la figure de Kim Il Sung sur le billet permettra à Kim Jong Un
de sortir plus facilement de l’ombre de son grand-père dans laquelle il demeure
et de s’affirmer lui-même comme dirigeant ; 2- les autorités essaient de
collecter les réserves de billets que les gens ont mises de côté, afin
également de lutter contre la contrefaçon.

 

Cette tendance visant à présenter ce
changement comme une manipulation de la monnaie perdure depuis la 5ème réforme
de la politique monétaire mise en place en décembre 2009, durant laquelle les
citoyens ont vu l’ancienne monnaie convertie en une nouvelle au taux de 100
pour 1. La limite du montant des échanges par foyer fut alors fixée à 100,000
wons, puis ultérieurement relevée à 500,000 wons. L’argent des gens, gagné à la
sueur de leur font, fut alors réduit à des morceaux de papier sans valeur,
permettant au gouvernement d’utiliser ses nouvelles coupures sans distinction.
Les résultats furent catastrophiques.

 

Les conditions entourant le changement actuel
sont fondamentalement différentes. Cette fois, il ne s’agit rien d’autre que
d’un simple échange de billets. Aucune limite n’existe sur le montant qu’un
individu peut changer et les échanges sont acceptés jusqu’en 2017. Durant les
deux précédentes réformes de 1992 et 2009, les gens furent informés après avoir
déposé leurs anciens billets que les nouveaux seraient disponibles à un moment
ultérieur. Lorsqu’ils voulurent retirer leurs nouveaux billets, les gens furent
avertis de « l’absence de réserve de liquidités à la banque ». Ces
situations furent intermittentes en 1992 mais ne souffrirent aucune exception
en 2009.

 

L’affirmation selon laquelle la présente
réforme constitue un effort des autorités pour éliminer les réserves accumulées
sur le marché noir est infondée. C’est néanmoins la thèse avancée par les
services secrets sud-coréens.

 

Le 31 juillet, le Comité du Renseignement de
l’Assemblée nationale, dirigé par Lee Byeong Ki, a qualifié la réforme intentée
au Nord comme une manœuvre tendant à récupérer les fonds que la classe des
nouveaux riches – les donju – a mis de côté. Il ne peut être vérifié si cette
affirmation relève de la déclaration ou si l’administrateur adjoint a échoué à
transmettre la presse le message voulu. Cependant, Lee Cheol Woo, parlementaire
et administrateur adjoint du parti de la majorité en Corée du Sud, a expliqué
aux journalistes lors d’un briefing que « le nouveau billet est un moyen
de débusquer les réserves dissimulées des membres influents et des officiels du
parti. Shin Kyeong Min, parlementaire et administrateur adjoint du parti de
l’opposition, est du même avis : « il y a une sorte de ruée de leur
part afin d’accumuler le plus de biens avec leur argent tant qu’ils le
peuvent. »

 

Le billet de 5,000 wons est actuellement la
plus importante coupure en circulation dans le pays, analogue au billet de
50,000 wons sud-coréens. À compter d’août 2014, le prix du kilogramme de riz au
marché se situait aux alentours de 6,000 wons, impossibles à payer avec un
simple billet de 5,000 wons. Les appareils ménagers et autres biens similaires
sont eux aussi surfacturés car ils sont vendus en monnaie chinoise, une
pratique née de la commodité.

 

Victimes de pénuries d’électricité, la plupart
des foyers utilisent des piles de 12 volts fabriquées en Chine, piles devenues
absolument essentielles. Lorsqu’on leur demande le prix de ces piles, les
vendeurs répondent « 200 yuans », et non le prix actuel de 240,000 wons.
Ceci est dû au fait qu’il est plus pratique de faire des affaires avec deux
billets de 100 yuans qu’avec 48 billets 5,000 wons.

 

Conserver des billets de 5,000 wons n’est
guère plus pratique. Il est impossible de savoir quand la prochaine réforme
aura lieu. « Notre argent peut devenir sans valeur à n’importe quel
moment » déclarent plusieurs habitants, évoquant la réforme de 2009. Que
ce soit pour les transactions ou l’épargne, le billet de 5,000 a perdu sa place
de billet à la plus forte valeur. Ceci rend la thèse selon laquelle cette
réforme constitue un effort tendant à empêcher la fraude illogique.

 

Dans le cas où cette récente mesure n’est pas
un simple échange de billets, il demeure la supposition selon laquelle Kim Jong
Un tente de s’imposer comme dirigeant. Cette réforme constitue dès lors une
simple collecte des billets sur lesquels figure le portrait de Kim Il Sung. En
d’autres termes, sur le nouveau billet ne figurera aucune ressemblance avec
l’ancien dirigeant. Dès lors, quelle est la signification pour Kim Jong
Un ?

 

La monnaie officielle nord-coréenne a fait son
apparition pour la première fois en 1947 et comprenait quatre billets : 1, 5,
10, et 100 wons. À l’époque, cela avait pour but de récupérer les billets en
circulation datant du Gouvernement général japonais et de l’Administration
militaire soviétique. Les anciens billets furent convertis au taux de 1 pour 1.
En mai 1949, des pièces de 50, 20, et 15 jeons furent émises.

 

La seconde réforme eut lieu en 1959, avec pour
but de lutter contre l’inflation résultant de la Guerre de Corée et de
sécuriser les sources d’investissement. Les anciens billets furent alors
changés par des nouveaux de 1, 5, 10, 50, et 100 wons au taux de 100 pour 1.
Pareillement, de nouvelles pièces de 1, 5, 10, et 50 jeons furent introduites.
Il n’y eut aucune limite au montant pouvant être changé.

 

Kim Il Sung ordonna une troisième réforme en
1979, qui vit la mise en circulation de nouveaux billets de 1, 5, 10, 50, et
100 wons ainsi qu’une nouvelle pièce de 50 jeons. Comme lors de la précédente
réforme, le taux fut établi à 1 pour 1 et aucune limite ne fut fixée au montant
pouvant être échangé. La réforme n’eut qu’un but purement esthétique :
introduire un nouveau design pour les billets. Les pièces de 10 jeons et de
valeur inférieure furent conservées. Le changement le plus notable survenu lors
de cette réforme fut l’apparition du portrait de Kim Il Sung sur les billets
les plus importants.

 

En 1979, la Corée du Nord de Kim Il Sung
fonctionnait sous le principe du « système idéologique
monolithique », système conservé par son fils Kim Jong Il. Sous le règne
de ce dernier, l’adoration de Kim Il Sung devint partie intégrante de
l’idéologie d’État. Contrairement au yuan chinois, où Mao Zedong apparaît sur
les billets les plus importants, la Corée du Nord plaça le portrait de Kim Il
Sung uniquement sur le billet de 100 wons.

 

Le portrait de Kim Il Sung sur les billets de
plus grande valeur devint une pratique officielle lors de la quatrième réforme
monétaire de 1992. Toutefois, l’image austère du chef en habit militaire
rappelant Mao Zedong fut remplacée par un portrait du dirigeant portant un
costume-cravate.

 

L’introduction de nouveaux billets s’est aussi
produite sans pour autant être liée à une réforme ou manipulation monétaires.
En 1998, le premier billet de 500 wons apparut, mais avec une anomalie
aujourd’hui encore incomprise. Sur le recto du billet figurait le Palais du
Soleil de Kumsusan, i.e. le mausolée de Kim Il Sung. Le parti avait
initialement envisagé de juxtaposer une plus grande image de Kim Il Sung avec
celle du palais, ce qui ne fut finalement pas fait. Jusqu’à l’introduction du
billet de 1,000 wons quatre ans plus tard, le portrait de Kim Il Sung
n’apparaissait pas sur le billet le plus important. On spécule que cette
anomalie peut être liée avec la « Arduous March » (la période de
famine des années 1994-1998), mais cette thèse manque d’explications
détaillées.

 

Les mesures de gestion économiques 7.1
adoptées en 2002 ont vu la création d’un billet de 1,000 wons dans un but
d’ajustement des prix. Le portrait de Kim Il Sung – le même design que celui
apparaissant sur le billet de 100 wons – apparut sur le recto de ce nouveau
billet, preuve d’un retour à la pratique consistant à placer le portrait du
dirigeant sur le billet le plus important. La réforme introduisit également un
billet de 200 wons montrant une pivoine sur le recto. En 2005, la même image de
Kim Il Sung originellement utilisée sur le billet de 100 wons fut utilisée pour
le billet de 5,000 wons.

 

À l’exception du billet de 500 wons introduit
en 1997, après 1979, Kim Il Sung est constamment apparu sur le billet le plus
important en circulation. L’introduction de chaque nouveau billet a été couplée
avec la disparition du portrait de Kim Il Sung sur les anciens billets de
valeur inférieure. Ainsi, en 2009, la réforme monétaire vit le retrait du
portrait de Kim Il Sung – le même initialement présent sur le billet de 100
wons – du billet de 1,000 wons avec la création du billet de 5,000 wons. Le
nouveau billet montrait alors un taeyang-sang souriant et bienveillant,
remplaçant le visage grave et jeune de Kim Il Sung existant depuis 17 ans.

 

Quelles ont été les motivations de Kim Jong
Un ? Souhaite-t-il effacer son grand-père d’un aspect essentiel de la
société ? À travers la lentille de l’adoration de Kim Il Sung, les raisons
sous-jacentes du retrait du portrait de ce dernier des billets de 5,000 wons
sont évidentes. Après la récupération des anciens billets de 5,000 wons, le
portrait de Kim Il Sung n’apparaîtra plus sur la monnaie nord-coréenne. Il est
difficile d’être en accord avec l’idée que Kim Jong Un souhaite sortir de
l’ombre de son grand-père dans laquelle il vit et s’affirmer comme seul
dirigeant, et même moins logique de prétendre que c’est là la méthode la plus
efficace pour ce faire.

 

Dans la mesure où il ne peut que se réclamer de
la lignée du mont Paektu pour affirmer sa légitimité, cesser la pratique de
l’adoration de son grand-père serait un véritable suicide pour Kim Jong Un. Ces
trois dernières années, Kim Jong Un a contrôlé chaque érection de statues de
ses père et grand-père. L’Agence centrale d’information nord-coréenne a
largement couvert les somptueuses inaugurations d’un ensemble de statues des
Kim érigées à Sinuiju. Ceci fait que la thèse selon laquelle le dirigeant a
soudainement décidé de retirer le portrait de son grand-père figurant sur la
monnaie s’avère non fondée.

 

La thèse la plus crédible demeure
l’introduction prochaine d’un billet de 10,000 wons, sur lequel le portrait de
Kim Il Sung apparaîtra sûrement. Les sources à l’intérieur du pays s’accordent
sur ce point. « La Corée du Nord n’aura jamais une monnaie en circulation
sur laquelle n’apparaîtrait pas le Suryong. » Si les autorités préparent
l’introduction d’un billet de 10,000 wons, la théorie de l’adoration de
Kim Il Sung sur le billet présentant la plus forte valeur demeurera valide. Les
gens disent qu’ « ils l’ont retiré des billets de 5,000 wons, mais ils ont
déjà prévu un endroit pour remettre son portrait sur ceux de 10,000
wons. »

 

Économiquement, il est compréhensible que Kim
Jong Un souhaite introduire un nouveau billet d’une valeur supérieure à celle
étant actuellement la plus importante. Si les prix sont restés stables durant
les deux premières années de pouvoir du dirigeant, ils tendent à croître et
tous ses projets d’adoration exigent d’importantes dépenses. Et il n’y a rien
de plus simple pour ce faire que d’introduire un nouveau billet. La plupart des
pays démocratiques, qui disposent d’un système de contre-pouvoirs,
considéreraient la décision de mettre plus d’argent en circulation comme une
décision politique. À cet égard, la Corée du Nord n’est pas une exception.

 

Comparé aux scenarii passés, la probabilité
actuelle de l’arrivée d’un nouveau billet de 10,000 wons est plus importante.
Les billets de 1,000 et 5,000 wons furent introduits sans réforme ni
manipulation monétaires. Et plus élevée est la valeur affichée sur le billet,
plus important est le potentiel de troubles à venir pour le gouvernement. La
« disparition de Kim Il Sung » exige une plus grande attention et
considération de ceux spéculant sur les raisons de cette disparition. Après
tout, la migration du portrait de Kim Il Sung d’un endroit à un autre est toujours
due à des facteurs économiques et politiques.

 

SHARE